Passer au contenu principal

L’inspection de l’enveloppe du bâtiment au service de l’efficacité énergétique

Par Diagnostic, dronelis atlas, drones, inspection, Thermographie

L’inspection visuelle technique de l’enveloppe du bâtiment assure au propriétaire ou à l’exploitant une information sur l’état global du bâtiment.

L’état de vétusté de la couverture, des murs, des huisseries et du revêtement permet de « savoir où on en est ».

L’inspection d’un bâtiment par drone : une solution pour faire un état des lieux complet.

Les analyses existantes sur la santé d’un bâtiment laissent trop souvent de côté la couverture. Hors, pour la partie énergétique, on sait que 50% des déperditions énergétiques se font par la partie supérieure du bâti.
Par conséquent, sans analyse visuelle précise de la couverture, l’information ne peut être complète et fiable.

Avec une inspection par Drone, l’ensemble du bâtiment est analysé pour donner une information sur toutes les parties du bâtiment : façades, huisseries, couvertures…

inspection tertiaire thermographie

Quels sont les avantages d’une inspection par Drone pour l’enveloppe d’un bâtiment?

Les avantages sont simples :

  • L’information relevée par Drone est complète : le drone capte la donnée en visuel et en thermique sur toutes les parties du bâtiment
  • L’inspection par drone est rapide : en moins de deux heures pour un bâtiment de 30 lots, et moins d’une journée pour un grand ensemble de logements sociaux
  • La donnée est de haute précision : les photos réalisées par Drone apporte une information de haute précision, grâce aux caméras qu’elles portent
  • Les données récoltées sont modélisées : à partir des photos réalisées, plusieurs centaines ou milliers, le bâtiment est modélisé en 3D. Cette modélisation est déposée sur notre application de gestion Dronelis-Atlas, qui permet au propriétaire ou à l’exploitant de réaliser lui-même son inspection
  • Le pointage des pathologies et la prise de cotes en direct : A partir du rendu transmis, le client peut prendre des cotes, et pointer lui même les pathologies

Une solution curative ou préventive?

L’inspection par drone est rapide et peu couteuse. Une solution qui permet donc de passer à intervalles réguliers sur le bâtiment.

Avec une inspection récurrente, sous forme d’abonnement annuel, le drone offre une information préventive et prédictive. L’anticipation à bas coût des problèmes rencontrés sur une couverture, assure des travaux d’entretien pour éviter des travaux curatifs. Ils sont souvent trop couteux pour les copropriétaires, les collectivités territoriales, les bailleurs sociaux ou les industriels.

Un état des lieux visuel et thermique, au service de l’optimisation énergétique du bâtiment.

Nos équipes réalisent des inspections complètes qui se déroulent en deux phases :

  • L’inspection visuelle : le drone équipé d’une caméra haute résolution vous permettra de voir l’état de votre bâtiment
  • L’inspection thermique : le drone équipé d’une caméra thermique, fournit les détails de toutes les déperditions énergétique d’un bâtiment

Ces deux inspections, cumulées, offrent une information complète pour cibler les pathologies et engager les travaux nécessaire à l’optimisation énergétique d’un bien. Cibler, c’est économiser.

Avec des inspections récurrentes sous forme d’abonnement, le retour sur investissement est très important. Il assure la maîtrise des coûts et permet d’engager une vision financière prédictive qui évite toute mauvaise surprise.

L’inspection et l’optimisation au coeur des copropriétés à partir de 2023

Par actualité, Diagnostic, Thermographie

Les audits de l’enveloppe externe du bâtiment sont de plus en plus nombreux. Les syndics de copropriétés sont confrontés aux obligations légales apportées par les dispositions de la loi ALUR.

La création d’un fonds de travaux pour les copropriétés.

C’est la loi ALUR qui rend obligatoire la prévision de ce fonds de travaux. Financé par les copropriétaires, ce fonds prévoit de l’être à hauteur de 5% chaque année, sur le budget prévisionnel annuel de la copropriété. Ainsi, chaque travaux qui n’est pas prévu, sera financé par cette enveloppe. Ce pourcentage ne peut être inférieur à 2,5%. L’enveloppe peut être augmentée si les travaux prévus sont plus importants que la dite enveloppe.

L’objectif? Une meilleure préparation des travaux avec en ligne de mire la rénovation énergétique des bâtiments. Dans le cadre de la préparation de ces budgets, Dronelis intervient souvent en amont pour identifier les pertes énergétiques.

En effet, le diagnostic énergétique grâce à la thermographie par Drone est toute indiquée pour identifier les déperditions énergétiques. L’anticipation et le ciblage des pathologies permet d’engager un plan de travaux avec une vision pluriannuelle.

Le plan pluriannuel des travaux revient avec des objectifs entre 2023 et 2025 en fonction du nombre de lots de copropriétés.

Ce plan va obliger les copropriétés de plus de 15 ans d’engager des travaux pour la rénovation énergétique du bâti. Ce plan pluriannuel, initialement oublié fin 2019, est dans la loi Climat et Résilience, publié le 24 Août 2021.

Assez proche de ce que peuvent connaître les bâtiments du tertiaire avec le décret tertiaire, cette obligation est accompagnée de façon progressive.

L’obligation s’étend de 2023 à 2025 en fonction de la faille des copropriétés :

  • 1/01/2023 : Taille de copropriétés supérieure à 200 lots
  • 1/01/2024 : Taille de copropriétés entre 51 et 200 lots
  • 1/01/2025 : Taille de copropriétés inférieure à 51 lots

Pour les plus grandes copropriétés, 2023, c’est demain. Et les syndics de copropriétés s’affairent déjà pour préparer ce qui va être, pour eux comme pour les copropriétaires, un engagement fort.

Cette engagement est un engagement de travaux avec un plan pouvant aller jusqu’à 10 ans. Cependant, on voit déjà de nombreuses actions en cours. Les métropoles des grandes villes de France n’ont pas attendu l’engagement de la loi pour accélérer sur le sujet. Ainsi, la métropole de Nantes accompagne les copropriétés. Sur le diagnostique préalable jusqu’à une aide financière permettant la réalisation de travaux d’économie d’énergie le plus rapidement possible.

Attention, certaines copropriétés ont engagé des travaux de rénovation énergétique. Dès lors, si le diagnostic global de la copropriété conclu à la non-nécessité d’investir dans ce plan décennal, le plan pluriannuel des travaux n’est pas obligatoire. C’est déjà le cas pour les copropriétés des années 60. Certaines ont agit ces dernières années. Il s’agissait souvent des fameuses passoires énergétiques.

Dronelis s’associe donc aux bureaux d’étude régulièrement pour l’accompagnement et la mise en place de ce plan pluriannuel.

 

Dronelis inspecte des bâtiments communaux en vendée / OUEST-FRANCE

Par actualité, Diagnostic, drones, inspection

Aux côtés de la société Bénaiteau, Dronelis a été missionnée par la ville de Saint Laurent sur Sèvre pour faire l’étude complète de leur basilique. Cette étude a permis de préciser les travaux à engager pour la ville.

Durant deux jours, un drôle d’objet volant a suscité curiosité et interrogation. La municipalité, souhaitant effectuer un diagnostic patrimonial de la basilique Montfort, ainsi que de l’Ehpad (Etablissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) Montfort, a expérimenté un nouvel outil d’expertise que développe actuellement la société Benaiteau, basée aux Châtelliers-Châteaumur, en partenariat avec la société nantaise, Dronelis.

Créée en 1920, l’entreprise Benaiteau, qui compte cinquante salariés, a été reprise en 2013 par quatre cogérants, Cathy Barré, Laurent Baudin, David Fison et Michel Paillat. Le savoir-faire de cette société est reconnu dans la restauration, la rénovation et la consolidation du bâti. « L’inspection aérienne des bâtiments est un outil expérimental dans notre coeur de métier que nous développons depuis plus de six mois, explique Laurent Baudin, cogérant de l’entreprise Benaiteau. Les propriétaires, qu’ils soient privés ou publics, méconnaissent leur patrimoine. Cette technologie nous permet de faire une approche visuelle de points précis de bâtiments qui sont non visibles ou inaccessibles du sol. Une telle opération obéit à une réglementation précise dont nous assurons toutes les démarches administratives et autorisations de vol. »

Un pilote

Au pied de ces différentes structures à expertiser, on trouve une équipe formée d’un professionnel du bâtiment assisté du pilote expérimenté du drone. Via un système vidéo au sol, le professionnel guide le pilote sur les zones à examiner. « À l’issue de cette phase d’enregistrement en haute définition (HD), quelques semaines de travail au bureau sont encore nécessaires afin de rendre le visuel exploitable, complète Laurent Baudin. L’objectif est de constituer un dossier technique photographique étoffé, localisant les éventuels points faibles, singuliers, où à surveiller d’un bâtiment, ainsi que l’apport si besoin de conseils techniques sur les démarches à suivre. Le dossier, qui est remis au client, comporte tous les fichiers numériques et peut être exploité par des bureaux d’études, des maîtrises d’oeuvre. »

Le résultat vidéo HD est surprenant. Il permet, grâce au zoom, d’être au plus près du détail à examiner. « Un précieux outil dans l’aide à la décision, confie la municipalité. C’est aussi une source d’économie, pas de location de nacelle, de mise en sécurité… »